Comment s'appelle notre soldat inconnu ?

Blog de poilu14-18 :Un poilu de 14-18     Lettres à ma mère, Comment s'appelle notre soldat inconnu ?

Votre intérêt pour notre soldat inconnu va être récompensé.

Grâce aux travaux de recherche de Jean-Yves RIO et à sa persévérance, nous savons maintenant qui est ce soldat dont nous avons suivi les aventures au fil de ses lettres.

     

Il s’appelle Joseph Foy.

    
J’ai d’autant plus honte de n’y avoir pas pensé, qu’il s’agit de quelqu’un de ma famille, même si c’est par alliance.
    
Comme je le disais dans un des premiers articles, j’ai trouvé ces cahiers dans un carton, dans le grenier de ma maison de campagne. En fait ces cartons, c'était moi et mes parents qui les avions faits, après la mort du propriétaire, et nous avions tout mis au grenier, sans savoir ce qu'il y avait dedans. Nous avions trop de peine pour trier et nous ne pouvions pas non plus jeter. Tout cela c'était il y a 10 ou 12 ans. Et comme les cartons étaient au grenier, où nous n'allons jamais, nous les avions oubliés.
    
En fait de petite histoire, cette maison est la maison de vacances de ma jeunesse, c'est aussi la maison de vacances de mes filles depuis qu'elles sont nées, et le propriétaire, Pierre Mauviel était considéré par mes filles comme un deuxième grand-père.
    
Comme tous les enfants, j'ai toujours cru que cette maison était une maison familiale. C'est seulement quand je devins grand que j'ai compris qu'elle n'était pas à ma famille, et donc qu'il n'y avait aucune chance pour que j'en hérite. Je l'ai donc achetée dès que j'ai pu, afin de pouvoir la conserver dans la famille.
Maintenant pourquoi je vous dis tout cela et pourquoi je suis un crétin, parce que les choses les plus grosses sont celles que l'on voit le moins.
Imaginez que le nom de jeune fille de la femme de Pierre Mauviel, l'ancien propriétaire est Paulette Foy. Et oui, la fille de Monsieur Joseph Foy. Et c'est pour cette raison que les cahiers de son père étaient dans les cartons.

Monsieur Foy Joseph est mort avant le mariage de mes parents, je ne l’ai donc pas connu. J’ai simplement aidé à déménager sa maison de campagne à Kairon dans la Manche (50), lorsque sa veuve l’a vendue, car elle n’y allait plus. Je peux confirmer qu’il était très religieux, car j’ai enlevé plusieurs centaines de livres religieux ou traitant de la religion. Il a fini sa vie à La Haye Pesnel (50), où sa femme tenait un magasin de Modiste (Chapeaux).
    
Il était marié à Mademoiselle Guimard. (en 1891 à Rochefort en Terre) J’ai connu sa veuve que nous appelions respecteusement Madame Foy, sans autres précisions.

Ils ont eu 3 enfants :
  
Josette, mariée à Pierre Lemat (les 2 sont décédés).
  
Paulette, mariée à Pierre Mauviel (elle a fait l'école de Saint Cyr Coetquidan, est partie au Maroc et est restée dans l'armée jusqu'à sa retraite) (les 2 sont décédés)
  
Serge, s’est marié avec une sœur de mon Père (Il est donc devenu mon oncle par alliance), après avoir fait également l'école de Saint Cyr Coetquidan, il s'est engagé pour quelques années dans l'armée. Pendant cette période, il est parti en Afrique du Nord où il fut mécanicien dans l'aviation. (les 2 sont vivants)
    
La photo de Joseph Foy, en début d'article, a été prise sur la fin de sa vie.

Je vous renouvelle à toutes et à tous mes remerciements pour avoir passé quelques mois de votre temps avec notre poilu inconnu qui maintenant ne l'est plus grâce à vous.

 

mardi 16 mars 2010 23:06 , dans Divers


Nous approchons de la fin

             

Fidèles lectrices et fideles lecteurs,

            

Je vous renouvelle tous les remerciements possible pour le temps que vous avez passé en compagnie de notre soldat inconnu.

Le temps de ces quelques lettres, il aura revécu lors de vos lectures et vous aurez pu partager un moment de sa vie de Poilu.

La lettre qui sera publiée demain est la dernière qui figure dans ses cahiers. Ensuite c'est le mystère. Les pages sont restées blanches...

Déjà un an et quatre mois que nous échangeons autour de notre Poilu.

            

Qu'est-il advenu de notre Poilu ?

Je  n'en sais rien.

          

Chacun d'entre nous pourra imaginer sa fin, en attendant que quelqu'un un jour, grâce aux éléments que contiennent ses lettres, nous informe de son identité.

         

Encore Merci de m'avoir accompagné dans ce voyage dans le temps.

 

vendredi 17 avril 2009 22:11 , dans 1917 Avril


1917 Mars 26

26 mars 1917

    

Pour le moment nous sommes arrêtés. Je ne suis plus en danger. La dernière batterie boche qui tirait sur le village que nous occupons a déménagé et maintenant c’est le calme. La population est évacuée peu à peu. Ce sont des gens de tous les environs. Quel désolant spectacle, mais ils sont heureux de ne plus sentir peser sur eux, le joug allemand.

    

La prochaine lettre a été écrite le  27 mars 1917.

jeudi 26 mars 2009 00:29 , dans 1917 Mars


1917 Mars 25

25 mars 1917

    

Depuis deux jours je suis tranquille à quelques km de nos postes avancées. Je rattrape le sommeil perdu pendant ces froides nuits au clair de lune. Les obus boches nous arrivent bien de temps à autres et leurs coups sont souvent mortels, mais je n’y prends pas garde et quand je suis dans mon coin je n’en bouge pas, même pour un boulet de canon, c’est le cas. Moral très bon.

    

La prochaine lettre a été écrite le  26 mars 1917.

mercredi 25 mars 2009 01:32 , dans 1917 Mars


1917 Mars 23

23 mars 1917

    

Tout va bien. Santé toujours des meilleurs. Nuits trop fraîches. La poursuite du boche continue. Dans quel état sont nos pauvres villages ? A la tombée du jour l’horizon est masqué par la fumée des incendies, suis tout ce qu’il y a de plus avant. Le boche n’est plus dans son trou.

    

La prochaine lettre a été écrite le  25 mars 1917.

dimanche 22 mars 2009 23:16 , dans 1917 Mars


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à poilu14-18

Vous devez être connecté pour ajouter poilu14-18 à vos amis

 
Créer un blog